Une histoire érotique de la diplomatie

De Louis XIV aux gaullistes
Nicolas Mietton

Du Grand Siècle à la Cinquième République, on a beaucoup couché pour maintenir la grandeur de l’État, et la diplomatie française fut faite de relations amoureuses ou sexuelles plus souvent qu’on ne croit. Il y eut des ambassadeurs-étalons, tel La Chétardie auprès de la tsarine Élisabeth Petrovna, et des maîtresses influentes, telle la Castiglione venue plaider la cause de l’Unité italienne dans le lit de Napoléon III. Il y eut des diplomates restés célèbres pour leur chaude nature, comme Bernis, tandis que d’autres passent à tort pour froids, comme Guizot. Après que les ébats des rois de France eurent secoué l’Europe, la République finança avec le plus grand sérieux une politique étrangère érotique : sous la Troisième, l’expression officielle « visite au président du Sénat » désignait en réalité les plaisirs officieux que se voyaient offrir princes et souverains séjournant à Paris.
Une histoire à rebondissements où les valises diplomatiques sont aussi des vanity-cases.
Historien, Nicolas Mietton est féru de Mémoires et autres Journaux. Il a notamment établi l’édition critique du Journal de Maurice Paléologue, qui fut ambassadeur de France en Russie de 1914 à 1917 (Le Crépuscule des tsars, Mercure de France, 2007).

Genre: 
ISBN: 
978-2-228-91653-0
EAN: 
9782228916530
Parution: 
octobre, 2016
250 pages
Format : 14.0 
x 22.5
Prix: 
20,00€