La philosophie n'est pas tout à fait innocente

Hannah Arendt
Karl Jaspers
Jean-Luc Fidel (Préfacier)
Eliane Kaufholz (Traducteur)

Hannah Arendt fut dans les années 1920 l'élève du philosophe Karl Jaspers à l'université de Heidelberg. L'immigration d'Arendt mais l'échange reprit dès 1945 pour se transformer en amitié. Tous deux avaient, dans l'immédiat après-guerre, le sentiment d'avoir survécu à un cataclysme. Comment penser, alors que la pensée avait été mise en déroute par les événements ? Trois nations sont en particulier au coeur de leurs lettres : l'Allemagne, l'Israël et les États-Unis. Eux qui étaient en quête d'un espoir constatent petit à petit, dans le contexte de la guerre froide, que le cataclysme menace toujours. Que faire dès lors, sinon « espérer, répondait Jaspers, que dans notre monde technologique et frénétique l'homme, quelques hommes, en viennent finalement à faire réflexion sur eux-mêmes » ? De cette exigence de liberté, de cette résolution à penser en étant pleinement présent aux événements témoigne leur correspondance.

Genre: 
Numéros poche: 
608
ISBN: 
978-2-228-90136-9
EAN: 
9782228901369
Parution: 
octobre, 2006
288 pages
Format : 11.0 
x 17.0
Prix: 
8,15€